Œuvres ouvertes

Sur le perron d’un temple

...

Sur le perron d’un temple, un prêtre s’agenouille et transforme chaque demande et chaque plainte des croyants qui viennent vers lui en prières, ou plutôt il ne transforme rien mais répète simplement à haute voix et à plusieurs reprises ce qui a été dit. Un commerçant par exemple arrive et se plaint d’avoir perdu aujourd’hui beaucoup d’argent et que suite à cela il va devoir fermer boutique. Alors le prêtre – il s’agenouille sur une marche, a étendu ses mains sur une marche supérieure et se balance de haut en bas en priant – : A. a perdu aujourd’hui beaucoup d’argent, il va devoir fermer boutique. A. a perdu aujourd’hui beaucoup d’argent, il va devoir fermer boutique, etc.

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 16 janvier 2013