Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (29)

nouvelle traduction work in progress


Jour et nuit, mille et mille fois je me suis jeté le front contre la terre, heureux lorsque je saignais à force de cogner car c’était une preuve que la paroi commençait à se solidifier, et c’est de cette manière, comme on me l’accordera peut-être, que j’ai bien mérité ma place forte.


suite
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 21 mai 2015