Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (274)

...


On n’écoute plus, on bondit, l’existence tout entière en est bouleversée, c’est comme si s’ouvrait la source d’où le silence du terrier coule à flots.


texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 30 novembre 2016