Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (365)

...


Je lèche et grignote la viande, songe par moments à l’animal étranger qui poursuit son chemin au loin, et reviens vite à l’idée que je devrais profiter au maximum de mes provisions, aussi longtemps que j’en ai la possibilité.


texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 1er mars 2017