Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (II, 19) : Et toutes ces nuits, tu sais, dans tous ces appartements

...

Tu n’as donc pas à penser à moi pour le moment. D’ailleurs comment veux-tu te comparer à moi. Cela fait déjà plus de 20 ans que je suis dans cette ville. Essaye donc d’imaginer exactement ce que cela représente. J’ai passé ici vingt fois chaque saison –
Alors il secoua son poing desserré au-dessus de nos têtes.
Ces arbres-là ont poussé pendant vingt ans, comme on devrait se faire petit sous eux. Et toutes ces nuits, tu sais, dans tous ces appartements. On est couché tantôt contre ce mur, tantôt contre cet autre mur, ainsi se déplace la fenêtre autour de nous. Et ces matinées,

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 31 juillet 2018