Œuvres ouvertes

Cinq poètes américaines (4) : Rachel Blau Duplessis

...

Brouillon 72 : Nanifeste (extrait)

Mets l’accent sur l’infime.
Réduis-moi cette pagaille.
Vise la monoculture.
Construis avec, pas dessus.
Pousse ton cri, pléthore oblige.
Mets les archives en question.
Noue tes vignes entre les arbres.
N’oublie pas les imprévus, même s’ils n’enseignent presque rien.
Ne va pas manquer de tristesse.
Construis de solides paniers.
Explore la torque par l’oblique.

Le purement consommable, ruine-le.
Refuse d’acheter !
Propose ton programme.
Dépasse-le, commence après.
Fais le lien entre urgences.
Fais l’examen de l’inexplicable.
De la polyphonie avant tout.
Vis en empathie.
Croise dans le vide comme cet atome, qu’on imagine suivre sa ligne transgressive, pas droite.
« Bois le lait de ta vache. »
Sature d’audace et d’intransigeance l’imperfection de l’instant.
Enseigne la loi des conséquences imprévues.
Médite les fils d’air dans les angles de lumière.
Considère la mite, la motte, le mutique.
Assure un flap flap décontracté à ta pratique.
Suture et rafraîchis, éponge et fais songer.
Nettoie les miroirs avec du vinaigre blanc.
Va chercher la matière noire.
Fais preuve d’énergie consciente.
Prends garde de rester dans la négation.
Et compare les propriétés des roseaux.


Extrait de Brouillons aux éditions José Corti, traduction d’Auxeméry.

Brouillons : tel est donc le titre générique du poème long, organisé en sections de forme canto, dont la rédaction a commencé pour moi en 1986. Le but visé est de parvenir à un total de 114 poèmes. J’utilise le titre, surplombant en quelque sorte, de Brouillons, afin de faire sentir que tous ces poèmes, ainsi que l’ensemble de la structure, ne sont que des "ébauches" de quelque chose qui va au-delà d’eux, quelque chose de suffisamment intense à percevoir mais qui reste impossible à atteindre. L’ouvrage obéit à cette illusion, selon laquelle les poèmes, individuellement, aspirent à un poème mystérieux, du domaine de l’inatteignable, que ces poèmes, en leur ensemble, sont les versions d’un ou de multiples palimpsestes d’une chose qui ne peut jamais vraiment être atteinte en totalité, jamais pleinement pénétrée, jamais totalement énoncée. Ce sentiment d’inconnaissable et d’inatteignable exprime l’ajournement messianique, qui caractérise les conditions intellectuelles et éthiques dans lesquelles s’est manifestée ma vocation de poète.

Rachel Blau Duplessis, introduction à la traduction française.

© Oeuvres ouvertes _ 16 septembre 2022