Œuvres ouvertes

Anecdote

un enterrement

Quand sa femme mourut, Bach dut se préparer pour l’enterrement. Mais le pauvre homme était habitué à ce que sa femme s’occupe de tout ; si bien que, lorsqu’un vieux serviteur vint lui demander de l’argent nécessaire à l’achat d’un crêpe de deuil, il se mit à pleurer en silence en posant sa tête sur une table, et répondit : dites-le à ma femme.

© Heinrich von Kleist _ 27 septembre 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)