Œuvres ouvertes

Anecdote / Heinrich von Kleist

comme un conte de Grimm

Un paysan du Mecklenbourg du nom de Jonas était connu dans tout le pays pour sa force physique.
Un Thuringien qui arriva dans la région et entendit parler de sa renommée entreprit de se mesurer avec lui.
Lorsque le Thuringien arriva devant la maison, il regarda, assis sur son cheval, de l’autre côté du mur, et vit dans la cour un homme en train de fendre du bois, auquel il demanda si c’était bien là qu’habitait Jonas le fort. Mais il n’obtint aucune réponse.
Alors il descendit de son cheval, ouvrit la porte, fit entrer le cheval et l’attacha au mur.
Puis il fit part de son intention de se mesurer avec Jonas le fort.
Jonas attrapa le Thuringien, le rejeta aussitôt par-dessus le mur et reprit son travail.
Une demi-heure plus tard, le Thuringien cria de l’autre côté du mur : Jonas ! Qu’est-ce qu’il y a ? répondit celui-ci.
Cher Jonas, dit le Thuringien : pourrais-tu avoir la bonté de me renvoyer aussi mon cheval ?

© Heinrich von Kleist _ 3 octobre 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)