Œuvres ouvertes

Julien Gracq : "Je travaille mes mots"

Julien Gracq a disparu le 22 décembre 2007.
La scène telle qu’elle est rapportée a lieu un 14 décembre 2005 : "Gracq reçoit ma visite de Noël en tenue d’hiver : casquette, robe de chambre et pantoufles. Je le trouve un peu congestionné. Mais il tient encore bon et marche ses deux kilomètres par jour ; au besoin, quand le temps est mauvais, comme ce matin, en allers et retours dans son couloir. Monotone ? "Non, je réfléchis, je travaille mes mots..." [1]
A lire sur Oeuvres ouvertes, un texte d’hommage (...)

Julien Gracq a disparu le 22 décembre 2007.

La scène telle qu’elle est rapportée a lieu un 14 décembre 2005 : "Gracq reçoit ma visite de Noël en tenue d’hiver : casquette, robe de chambre et pantoufles. Je le trouve un peu congestionné. Mais il tient encore bon et marche ses deux kilomètres par jour ; au besoin, quand le temps est mauvais, comme ce matin, en allers et retours dans son couloir. Monotone ? "Non, je réfléchis, je travaille mes mots..." [1]

A lire sur Oeuvres ouvertes, un texte d’hommage publié dans la revue Fario, Julien Gracq et la géographie romantique.

Une page consacrée à l’écrivain par François Bon.

© Laurent Margantin _ 19 décembre 2009

[1Jean de Malestroit, Julien Gracq, quarante ans d’amitié 1967-2007, Pascal Galodé éditeurs, 2008.