Œuvres ouvertes

Diogène

par Heinrich von Kleist

Lorsqu’on lui demanda où il voulait être enterré après sa mort, Diogène répondit : « Qu’on me laisse au milieu d’un champ ». « Quoi ! rétorqua quelqu’un, tu veux être mangé par les oiseaux et les animaux sauvages ? ». « Qu’on laisse mon bâton à côté de moi, répondit-il, afin que je puisse les chasser ». « Les chasser ! s’écria un autre ; mais quand tu seras mort, tu ne ressentiras plus rien ! ». « Alors quoi, qu’est-ce que ça me fera que les oiseaux me mangent ou pas ? »

Première mise en ligne le 27 octobre 2010

© Heinrich von Kleist _ 24 septembre 2013